jeudi 12 juillet 2012

Mise à Jour Windows

pendant la nuit, sans prévenir, microsoft s'est faufilé par les gaines et les câbles, a fait -je ne sais quoi - dans mon pc, fermé tous mes travaux en cours, arrêté mon ordinateur, l'a redémarré (à moitié évidemment) et puis m'a laissé le message affiché ici.

ça fait un peu penser à la carte d'arsène lupin.

j'avais pourtant bien spécifié dans le "windows update" que les mises à jour devaient donner lieu à un message d''avertissement, que la machine pouvait les télécharger mais devait attendre que je donne mon accord pour les installer.

maintenant, quelqu'un pourrait-il me rappeler à quoi j'étais occupé hier soir ? 


plus une seule fenêtre ne me le rappelle, tout s'est refermé et rien ne s'est rouvert, et ma mémoire personnelle n'est pas configurée de façon à me rappeler où j'en étais, je comptais pour cela sur mon ordinateur !

jeudi 7 juin 2012

abat-jour






recherche sur ebay :
supposons qu'on recherche un bel abat-jour, par exemple en soie sauvage rose pâle pour faire joli dans un intérieur cosy (d'accord, j'ai employé un mot d'anglais, mais je crois que ce terme est accepté en français)

on va taper abat-jour, non ?
ça donnera juste un tiers des résultats.
ebay n'est pas "winword", il ne vous dit pas que vous parlez patagon.

bien.

maintenant je vais adapter le texte de mon annonce en espérant qu'avec trois [ortho]graphes j'aurai plus de visites...

lundi 14 mai 2012

mercredi 2 mai 2012

pourquoi ne comprend-on pas quand je donne un chiffre ?



dring

- oui j'écoute
- monsieur controgest ?
- mmm
- bonjour monsieur controgest, c'est sarah du magasin xyz, je vous téléphone pour fêter l'anniversaire de notre magasin à hendèrlechete
- ah
- pour être invité, vous devez nous donner un nombre à partie de cent
- cent !
- combien, s'il vous plaît ?
- cent
- euh...
- ...
- et maintenant, je devrais savoir en quelle année votre épouse est née: mil neuf cent ...
- trente-trois
- quelle année ?
- trente-trois
- euh ... bien. nous allons vous envoyer une lettre par la poste.
- merci madame
- au revoir  / clac

vendredi 2 mars 2012

photo de mémé


ce n'est pas toujours évident de réussir une photo.
même quand le sujet est beau.
il y a la lumière (ici, artificielle donc a priori mauvaise),
la distance (j'étais vraiment très près, donc en théorie trop près),
c'était le soir, donc un peu fatiguée (mais avant le souper, donc la faim devait la tenir éveillée)
elle disait "non" chui jamais bien sur les photos
(oui mais ça elle dit toujours, c'est juste pour faire fuir les paparazzi)

mercredi 22 février 2012

il ne faut pas commencer . . .


il ne faut pas commencer un créneau quand il y a déjà une voiture dans la place convoitée.

ça ne peut que poser des problèmes : il faut être vachement familiarisé avec les cinquième, sixième et septième dimensions pour parvenir à mettre deux véhicules au même emplacement.
je sais ça depuis que je suis tout petit.
d'autres ne le savent pas encore. ou tout simplement pas. ou ne le sauront jamais.
en temps normal, il faut quand même déjà être familier avec les quatre premières dimensions pour manier convenablement une voiture.

ce qui est malheureux, c'est qu'on donne le permis de conduire à des gens qui sont juste capables d'apprendre des règles comme celles du code de la route, de façon à pouvoir répondre à des questions sur ces règles.
ce qui est malheureux, c'est qu'il suffit d'avoir un permis et de l'argent pour conduire une voiture.

personne,
je dis bien personne
n'exige qu'on ait l'habileté requise pour manier convenablement une voiture en toutes circonstances et qu'on s'abstienne de conduire si l'on n'est pas en mesure de consacrer toute son attention à la conduite.
personne non plus ne vérifie si les candidats conducteurs ont le minimum de neurones fonctionnels nécessaires à la grande concentration requise pour maîtriser un véhicule automobile.

automobile !
ça veut dire qui se meut par soi-même !
comme les puces, les chats, les chiens, les chevaux et les dragons.
il faut savoir maîtriser ça !
et ce n'est vraiment pas donné à tout le monde.

et pourtant il y en a six millions en belgique, des voitures.
si on exigeait le minimum nécessaire à la conduite avant de vendre une voiture, il n' y en aurait pas plus de mille dans le pays.
et un de mes frères au chômage.

donc pour éviter que ce frère-là soit au chômage, on vend des voitures à qui peut se les payer.
et on laisse n'importe qui les conduire.

résultat,
pendant la nuit, une dame a voulu garer sa voiture devant ma maison.
devant ma maison, il y avait déjà ma voiture.
c'était la nuit, mais la nuit il ne fait jamais noir : il fait même parfois plus clair que la journée.
bref,
elle a raté son créneau
(je n'ose même pas imaginer ce qui lui est passé par la tête
)
et a embouti ma voiture, sur le côté, tordant le rétroviseur au passage.

alors, les voisins ...
pathétiques, ces voisins.
il y en a qui assistent à la scène
qui discutent même avec la conductrice
(c'est comme ça qu'on sait que c'était une conductrice et que c'était un créneau qu'elle voulait effectuer)
et puis, une fois qu'elle est partie,
ils viennent sonner chez moi
racontent toute l'histoire à mémé
enfin, toute l'histoire mais sans le nom ni l'adresse de la conductrice, ni le numéro de plaque de la voiture.
témoignage bien précis : une voiture grise.
aucun de ces voisins lobotomisés n'a sonné pendant l'histoire, évidemment.

et mémé, tout ce qu'elle trouve à faire,
c'est me réveiller après ça et me raconter toute l'histoire.

deux heures après, je n'étais toujours pas rendormi.
que personne ne vienne m'emmmmm......der aujourd'hui !

mercredi 15 février 2012

Nudisme onirique

J’ai rêvé que j’étais tout nu. J’ai souvent rêvé que j’étais tout nu. Et que je me promenais dans la rue. Et accessoirement que personne ne s’offusque. C’est bien le propre des rêves.

Mais les poches ?
On n’a pas de poches, là !
Qu’est-ce qu’on fait de ses mains ?

Ben, c’est simple.

Elles pendouillent.


lundi 30 janvier 2012

oui ou non ?

je connais quelqu'un qui ne répond généralement pas par oui ou non à une question simple et sans malice.

il y a quelques jours, je lui demandais : tu préfères faire ça maintenant ou demain ?
elle répond : oui